Les désirs de mon coeur

Polyphonies et voix disponibles:

Partition(s):

Voir la partition/tablature

Télécharger le pdf

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

  • Références de la partition:

    T: Hélène Dumont d’après des extraits du journal de Ste Faustine
    M: Anne Bureau

Paroles :

Les désirs de mon coeur
D’après les extraits 571 & 1632 du petit journal de sainte Faustine.

Mon Jésus, mon amour ne connaît que Toi,
Mon Jésus, mon amour ne connaît que Toi,
En Toi, mon âme s’est abandonnée, abandonnée, abandonnée…

1- Les désirs de mon âme sont si grands ; rien ne peut combler l’abîme de mon cœur !
Du monde entier, même les grands bonheurs ne pourront te remplacer un instant !

1- Je sais que je suis un enfant royal ; Je suis en exil, en terre étrangère.
Oui, ma maison est le palais céleste ; Là, je serai dans ma vraie patrie !

1- Ô Seigneur, Tu as attiré mon âme ; Ô mon Seigneur, Tu t’es abaissé vers moi.
Une profonde connaissance de Toi, voilà le secret de ton amour !

1- Le regard de mon âme est sur Toi ; Ô Seigneur Jésus étendu sur la Croix,
Et ton amour m’élèvera aux cieux, Ô Toi mon Bien-Aimé, mon Seigneur

Documentation:

Petit journal se sainte Faustine.

571-

Ô mon Jésus, Vérité éternelle, je n’ai peur de rien, d’aucunedifficulté, d’aucune souffrance, je ne redoute qu’une seule chose,
c’est de T’offenser. Mon Jésus, je préférerais ne pas exister que de T’attrister. Jésus, Tu sais que mon amour ne connaît
personne d’autre que Toi, en toi mon âme s’est noyée.

1632- JMJ

Les désirs de mon coeur sont si inconcevables et si grands,
que rien ne peut combler l’âbime de mon coeur.
Même toutes les plus belles existences du monde entier,
Ne sauraient Te remplacer pour moi, pas même pour un instant,
ô mon Dieu.

D’un seul regard, j’ai embrassé le monde entier,
Et je n’ai pas trouvé d’amour semblabe à celui de mon coeur,
C’est pourquoi j’ai tourné mon regard sur le monde éternel- car
celui-ci m’est trop petit,
Mon coeur a désiré l’amour de l’immortel.

Mon coeur a senti que je suis un enfant royal,
Que je me suis trouvée en exil, en terre étrangère,
J’ai compris que ma maison est le palais céleste,
C’est là seulement que je me sentirai comme dans ma propre
patrie.

C’est Toi-même,qui a attiré vers Toi mon âme, Seigneur
Ô Seigneur éternel, Toi-même, Tu T’es abaissé vers moi,
Donnant à mon âme une plus profonde connaissance de Toi.
Voilà le secret de l’amour pour lequel Tu m’as créée.

L’amour pur m’a rendue forte et courageuse,
Je n’ai peur ni des séraphins, ni des chérubins debout avec le glaive
Et je passe sans contrainte là où d’autres tremblent,
Car il n’y a pas de quoi craindre là où l’amour est guide.

Et soudain le regard de mon âme s’arrête sur Toi,
Ô Seigneur- Jésus-Christ, étendu sur la croix,
C’est mon amour,avec lequel je reposerai dans mon tombeau,
C’est mon Bien-Aimé- mon Seigneur et mon Dieu inconcevable.