Si la mer se déchaîne

OUVERTURE – ENVOI, DEFUNTS – OBSEQUES Page : 98

Polyphonies et voix disponibles:

Partition(s):

Voir la partition/tablature

Cette partition est protégée, veuillez vous connecter.

Paroles :

Si la mer se déchaine

Il n’a pas dit que tu coulerais, Il n’a pas dit que tu sombrerais,
Il a dit : allons de l’autre bord.

1- Si la mer se déchaîne, si le vent souffle fort
Si la barque t’entraîne, n’aie pas peur de la mort. (bis)

Ce contenu est diffusé à des fins pédagogiques. Veuillez vous identifier pour avoir accès à la suite contenu. Merci de nous aider à protéger la création artistique!

Documentation:

  • Saint Marc 4, 35-41

Ce jour-là, le soir venu, Jésus dit à ses disciples :
« Passons sur l’autre rive. »
Quittant la foule, ils emmenèrent Jésus, comme il était,
dans la barque,
et d’autres barques l’accompagnaient.
Survient une violente tempête.
Les vagues se jetaient sur la barque,
si bien que déjà elle se remplissait.
Lui dormait sur le coussin à l’arrière.
Les disciples le réveillent et lui disent :
« Maître, nous sommes perdus ;
cela ne te fait rien ? »
Réveillé, il menaça le vent et dit à la mer :
« Silence, tais-toi ! »
Le vent tomba,
et il se fit un grand calme.
Jésus leur dit :
« Pourquoi êtes-vous si craintifs ?
N’avez-vous pas encore la foi ? »
Saisis d’une grande crainte,
ils se disaient entre eux :
« Qui est-il donc, celui-ci,
pour que même le vent et la mer lui obéissent ? »